(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Le dîner à l'école"

PUBLICATION No 495 

BULLETIN DE MÉNAGE N° I 



PUBLIE EN MARS 1936 

RÉIMPRESSION 



DOMINION DU CANADA-MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE 



LE DINER À L'ÉCOLE 

Par Laura C. Pepper 




"«;„ "'«mm 



DIVISION DE L'INDUSTRIE LAITIÈRE ET DE LA RÉFRIGÉRATION 




630.4 

(212 

P 495 

1936 

fr. 

c.2 



Publié pu ordre de l'Hon. JAMES G. GARDINER. Ministre i: l'Agriculture. Ottawa. Canada 



fl 



OTTAWA 

J.-O. PATENAUDE O.S.I. 

IMPRIMEUR DE SA TRÈS EXCELLENTE MAJESTÉ LE ROI 

1936 



VfWSHfi.X FRANÇAISE PAR G. E MORTURF.UX, B.S.A 



LE DINER Â L'ÉCOLE 

LONGTEMPS négligé, le repas que les enfants prennent à l'école à l'heure de 
midi — qu'on l'appelle " lunch ", " collation " ou tout simplement " dîner " — 
reçoit maintenant beaucoup d'attention, car on comprend mieux aujourd'hui 
qu'autrefois les rapports intimes qui existent entre la bonne nourriture et la bonne 
santé; on sait que les enfants bien nourris et bien portants sont plus éveillés, 
plus attentifs à leurs leçons que les autres; aussi les autorités scolaires insistent 
pour que l'on fasse le nécessaire pour donner un repas plus substantiel, plus 
complet, plus semblable à celui qu'ils auraient chez eux, aux élèves qui ne peuvent 
rentrer à la maison à midi. Leur appel a été entendu, et partout l'on s'organise 
en conséquence. Les écoles des grands centres sont généralement pourvues d'un 
cafétéria, faisant partie du Service d'Economie Domestique, où les menus sont 
élaborés avec le plus grand soin et les aliments préparés sous une stricte surveil- 
lance. L'élève peut ainsi se procurer, à prix raisonnable, un repas satisfaisant, 
composé d'aliments sains. Ces cafétérias ne servent pas tous un repas complet, 
mais les élèves peuvent tout au moins y trouver un mets chaud, pour compléter le 
lunch froid qu'ils apportent de chez eux. Le problème n'est peut-être pas aussi 
facile à résoudre dans les districts de la campagne, mais on y arrivera cependant 
si tous consentent à prêter main forte — maîtresses, parents, autorités scolaires 
et élèves. 

Comment améliorer le dîner à l'école rurale 

En général, à la campagne, c'est la maîtresse d'école qui prend l'initiative 
dans cette question. Ce n'est pas qu'elle ait beaucoup de loisirs pour cela, car son 
temps est déjà bien pris par ailleurs, mais elle juge que le travail en vaut la peine, 
car ses contacts quotidiens avec les élèves lui ont appris que les enfants qui 
apportent leur lunch à l'école sont à un gros désavantage. Elle sait que les déran- 
gements d'estomac — malheureusement trop fréquents chez ces enfants — sont 
la cause principale de ces absences si nombreuses qui retardent tant leurs progrès 
scolaires. Il est donc bien naturel que la maîtresse d'école consciencieuse cherche 
à améliorer le dîner afin d'obtenir une fréquentation plus régulière. Elle ne tarde 
pas, du reste, à être récompensée de ses efforts, car dès que le repas est plus récon- 
fortant, les enfants viennent plus régulièrement en classe et ils sont plus sages 
et plus attentifs à leurs leçons. 

Cependant, la coopération des enfants et de leurs parents est indispensable, 
car on ne fera jamais rien de bon sans elle. Pour obtenir la première et faire 
comprendre aux élèves toute l'importance d'un bon repas, la maîtresse d'école 
ingénieuse parle du sujet dans ses causeries sur la santé et l'hygiène. Ainsi, en 
enseignant la valeur nutritive des aliments et leurs fonctions dans l'organisme, elle 
prend pour exemple les différents genres de nourriture que les élèves apportent 
dans leur cantine (boîte à lunch). Ces leçons pourraient être suivies d'un concours 
mensuel où l'élève qui apporte le plus grand nombre de repas substantiels recevrait 
une petite récompense. La classe de géographie aura beaucoup d'intérêt à con- 
naître la provenance des différents aliments; un excellent problème d'arithmétique, 
si l'on sert un repas chaud, serait de déterminer, d'après une recette donnée, la 
quantité de chaque ingrédient qui est nécessaire pour faire un repas complet 
pour tous les élèves, et d'en trouver le coût total. 

L'heure du dîner devrait être une occasion de réjouissance pour tous les 
élevés. La salle de classe est transformée en salle à manger, les pupitres en 
tables et tous se réunissent en une grande famille. Elle fournit en même temps 
une leçon de choses excellente et très pratique; par exemple, on met en pratique 



15249—2 



la propreté dont la maîtresse parle si souvent en se lavant les mains avant de 
s'asseoir à table, et en tenant la cantine et tout ce qui s'y rattache, scrupuleuse- 
ment propre. On apprend aussi aux enfants à mastiquer parfaitement leur nour- 
riture en leur accordant un certain temps pour manger. 

Les parents reconnaissants, dont beaucoup se souviennent encore du 
lunch froid qu'ils prenaient autrefois à l'école, donneront de tout cœur leur 
appui à un système qui a pour but de faire en sorte que leurs enfants soient mieux 
nourris. Aujourd'hui, dans un grand nombre de districts, d'un bout à l'autre du 
pays, instituteurs et parents échangent des idées en vue de trouver le meilleur 
moyen d'améliorer le dîner à l'école. On voudrait arriver à donner un repas 
parfait. Ce n'est sans doute pas facile dans une école rurale où l'on ne peut 
organiser un cafétéria, mais on sait que toute initiative tendant à améliorer l'état 
de choses actuel est un pas de plus dans la bonne voie. 



Ce qu'il faut pour avoir un bon dîner à l'école 

lin quoi consiste un bon repas et par quoi le dîner à l'école pèche-t-il géné- 
ralement? Voilà deux questions que l'on doit tout d'abord se poser et qu'il faut 
résoudre de toute nécessité, si l'on veut arriver à faire quelque chose de bien. Un 
point sur lequel on ne saurait trop insister, c'est que ce dîner est l'un des trois 
repas quotidiens et il mérite donc d'être tout aussi bien préparé que les deux autres 
repas que les enfants prennent à la maison. 

Le dîner qui doit fournir à l'enfant environ un tiers de sa nourriture quoti- 
dienne et qui doit comprendre sa part des aliments nécessaires pour la santé et 
pour la croissance, doit certainement être " substantiel " et " bien équilibré ", 
c'est-à-dire " complet ". En ce qui concerne la quantité des aliments, l'appétit 
normal de l'enfant sert de guide, Oénéralemcnt, le dîner que l'enfant apporte 
avec lui contient suffisamment de nourriture, mais trop souvent cependant les 
choses sucrées y prédominent, à l'exclusion de tout autre aliment utile. Si tous 
ce- efforts pour l'amélioration du dîner scolaire n'avaient d'autre résultat que de 
généraliser l'emploi de bons aliments sains, ,. c sera it déjà beaucoup, et l'on 
aurait fait énormément pour améliorer la santé des enfants. 

Classification des aliments 

La préparation d'un repas complet est indiquée au tableau suivant, qui 
montre la classification des aliments ordinaires d'après leurs fonctions dans le 
corps humain. 



Classe 



Protéines 

Hydrates de carbone 

(sucres et fécules) 
Substances grasses .... 

S: 1- minéraux 

Vitamines ». 

Eau 

Cellulose (substance non 
digestible). 



Fonction 



Pour faire des muscles. 

Producteurs de chaleur 
et d'énergie. 

Productrices de chaleur 
l'énergie. 

Pour faire 1rs d< 
les os. 

Pour faire le sang. 



Essentielles pour la san- 
té et la croissance.. 

Régulateur 

Stimule"* le fonctionne- 
ment de l'appareil di- 
gestif. 



Sources pri.vcii'alks 



Lait, fromage, œufs, viande, poisson, légumes, 
amandes. 

Pain < t céréales, sucre (y compris le miel et 
I < sirops), lait, fruits, légumes. 

Beurre, crème, fromage, lait, graisse de vian- 
de, huiles de légumes, amandes. 

Calcium ou chaux — Lait, fromage, ladit de 
beurre, fruits et lége 

Phosphore — Lait, œufs, grains entiers, vian- 
de maigre. 

Fer -Viande maigre, fruits, légumes verte, 
œufs, lait, grains entiers, foie, mélasse. 

Lait, beurre, crème, fruits, légumes, grains en- 
tiers. 

Lait. Fruits, légumes, brein 

Partie fibreuse des légumes et des fruits. 



s 

Ce tableau peut paraître compliqué à première vue. mais si on l'étudié atten- 
tivement, on s'aperçoit que l'on peut aisément faire un repas complet avec les 
aliments les plus ordinaires et qu'un simple lunch composé de lait, d'un fruit ou 
d'un légume, d'un mets substantiel riche en protéine, et d'un dessert, fournit 
toutes les choses essentielles. On voit également qu'il y a plusieurs aliments dans 
chaque catégorie, ce qui fournit l'occasion de varier le menu d'un jour à l'autre; 
on comprend à quel point la santé peut souffrir et combien la croissance peut être 
retardée quand certains aliments font défaut dans le lunch. 

L'importance du lait 

Le lait vient à juste titre au premier rang dans la liste des aliments nécessai- 
res pour le dîner scolaire. Riche en protéine, producteur d'énergie, source abon- 
dante de calcium et de phosphore, riche en vitamines, le lait est sans rival parmi 
les aliments; c'est celui qui se rapproche le plus de la perfection. Tout le monde 
s'accorde à dire que le lait est un aliment indispensable pour les enfants parce 
qu'il fournit les matériaux nécessaires au développement du corps, et spécialement 
la chaux et le phosphore qui entrent dans la structure des os et des dents. Cepen- 
dant, souvent, très souvent même, le repas que les enfants prennent à l'école ne 
contient pas de lait. C'est là réellement une omission très grave, car si le dîner que 
l'élève prend à l'école ne contient pas de lait, il est très douteux que la quantité de 
lait dont le corps de l'enfant a besoin — environ une pinte par jour — lui soit 
fournie dans les deux autres repas. 

C'est surtout comme breuvage que le lait est employé à l'école. La majorité 
des enfants aiment à en boire tous les jours, mais pour varier on peut en servir 
de temps à autre sous forme de cacao ou d'autres breuvages à base de lait. Les 
enfants peuvent apporter du lait de chez eux dans un bocal à couvercle vissé ou 
dans une bouteille isolante (thermos), mais il peut être plus commode, dans 
certans endroits de le faire fournir directement à l'école par un cultivateur. Les 
desserts au lait sont les meilleurs, et il est facile, lorsqu'on prépare un pouding 
au lait, d'en mettre un peu de côté dans un bocal en verre, pour le dîner à l'école. 
Les mets au lait chaud sont très recommandés; ils se préparent aisément, rapide- 
ment, et ils sont très nourrissants à cause du lait qu'ils renferment. 

La cantine 

L'enfant apporte toujours chez lui une partie du repas, sinon tout le repas. 
Pour porter cette nourriture, un contenant est nécessaire; c'est la "cantine porta- 
tive" que l'on appelle aussi "boîte à lunch" (lunch box). Beaucoup de cantines 
sont munies de bouteilles isolantes (bouteilles thermos) et de bocaux, mais tout 
récipient, comme une chaudière de fer-blanc qui se porte facilement et qui garde 
la nourriture en bon état, convient tout aussi bien. La cantine doit être lavée 
tous les jours, rincée à l'eau bouillante et bien aérée. Les bocaux employée 
pour porter les poudings au lait, etc., doivent être tenus propres et avoir des 
couvercles fermant bien, pour qu'il n'y ait pas à craindre que le contenu se 
répande sur les autres mets. 

Il faut que la nourriture soit préparée soigneusement et pour que le lunch 
soit aussi appétissant que possible, les sandwiches, gâteaux et biscuits devraient 
être enveloppés séparément dans du papier ciré et bien emballés avec les autres 
denrées dans la cantine. Le papier ciré dans lequel le pain est enveloppé fait très 
bien pour cela et on pourra le garder pour cela. 



-s 



p 





= 


,-* 








a 


-; 














CJ 








a 


s. 


% 










w 


E 




It 




61 OJ 


il 




t. 




03 


CJ O 













d 


5 


X 


4-1 

a 

j 


- 


TT 


c 
o 


r 


il 


- 


0) 


X 






■=. 


a 


3 

03 








ï 




~ 









a 


o. 


"6 








ri 


XT! 








t/J 


3 
■ 


g 
i 

02 









J-sl-fl-IÉ 



e 



03 



c 



■g .a .-S 

a o s 
J3 C— 

ci 0~G 



1 

X a, 

ci 3* 



T*. ° 



*■* o ■+■= 



** s- "s 

-, o (3. 

0J c* 



o ri 
03 



03 



03 



s « 

<& M 



» C.S 

S 4j 3 03 - 

HJi*3 

S s c I | 

ri oa U 



5** 



oj 



OJ 3 

I: 

-O-oj 



D, 












«a 




d 










C 


C 

B 


B 

- 

- 


- 
3 




C 






o 








ES 


S 


d 






M 
3 


s 


xi 


HI3 


3 J 


- 


T 


E 


- 


■Js 




a 




a 


— i 


a 




jt 




33 


- 






-r 




Uj_] 







CJ 



g 





1» 3 ••£ 
■§.43 "S c <* 

•S'g s • | 

£ 3 £ ex 

b « 5 p " n 

•a â S Oh 't 

T3 P 
03 03 

•3 œ 



*S oj 

c3 I- 03 

£ C 03 oj 

p s.-g e 

. 3 .- 3 3 CJ 

«5 g riri 05 
3 OJ E OJ.tjO 

a, -a .o-çj g 

=§ .sii 

j§ 
ce 



-a 



'S. 

<03 « 

«d I 

Û flj 03 

« ".03 3 g « 

M 3 _, tl » w 

3 ri-gfc-SO 
o3*=-g <c3 

"d P 

& 03 

•a co 
a 

ri 



•S 

oj 

U 

p 

o3 



03 ri 

a s 

o o 



o 



c 



OJ 



o 

OJ § 03 

fl a g 

O 3 

CL o 

S 



VJ 

5 



x c ' 

p --- 

o 

4 



oj: 

a oj > 
_0J p 

■O 03 

c3 œ 

"3 

ai 



OJ 

"ri 

3 :-- 

s3-oj 

*0J ÇJ û 

«■si 

P *j a> 

O il) C 

— — - 



SI 



•2, 3 , 



C3 
l-H 



P^ 

•« 03 
P-C 



OJ o D g 

-TÎ'O Q 

P M 0X1 



-S 

C3-S 

E > 



Brg 

3iJ 



M 



.- 



p2S 03 

"" 3 



i -P 

C3 c „ 

te CO 

p» 



• — -*J o-j 

ï- t- 03 . 



C 



o x P oj B 

- C -CJ 03 
3 SP^^O 

-p " 1 

1 1 

05 Pi 



H 

< 



p 

o 



03 
JQ 



-P _s 



S 'SES 



H 

■ 

~ 

.S 

o 
- 






0îT3 
OJ P 

O oj 



x'S, , 

ri2_ o3 
S p w 

.2-3 

e-HH 

03 

H 



Sa 

3 J3U 

•a 3 « b .-s ■s 

tP (—3 b oj.2 

e .S r ï 



3 



c5 



&H 







Menus 

Lorsque l'écolier apporte avec lui tout son repas, à l'exception possible du 
lait, les menus suivants peuvent être adoptés. Chaque menu fournit un repas 
complet, contenant ce qui suit: — 

1. Un breuvage — lait (cacao, lait épicé, lait au grapenut, etc., pour la 

variété) ; 

2. Un mets principal, généralement des sandwiches avec un aliment riche en 

protéine (viande, poisson, oeufs ou fromage) ; 

3. Un fruit ou un légume, ou les deux (fruits et légumes frais, séchés ou en 

boîtes, comme les petits fruits, les pommes, les pêches, les prunes, les 
poires, les raisins, les tomates, la laitue, les concombres, etc., en leur 
saison) ; 

4. Un dessert simple (fruit, pouding au lait, gâteau ordinaire ou petit biscuit 

sec (cookie). 

Les repas indiqués à la page précédente conviennent pour la saison chaude, 
mais ils ne suffisent pas quand il fait froid; il faut alors y ajouter un mets chaud, 
car le repas froid en hiver remplace bien mal le dîner que les écoliers auraient 
chez eux. Un mets chaud très simple forme une bonne fondation, il aiguise 
l'appétit, stimule la formation des sucs digestifs et fait, en somme, un repas très 
agréable d'un lunch qui, sans ce mets chaud, ne serait guère réconfortant. 

Sous quelle forme et, de quelle manière ce mets chaud doit-il être servi à 
l'élève? Cela dépend beaucoup de l'argent que l'on a à sa disposition, car toute 
amélioration de ce genre, et surtout la distribution d'un mets chaud entraîne des 
frais supplémentaires. Il y a des provinces qui fournissent des subsides spéciaux 
pour améliorer le dîner à l'école; les écoles auxquelles ces subventions sont refusées 
pourraient peut-être organiser un concert spécial pour recueillir les fonds néces- 
saires, ce qui ne manquerait pas en même temps d'intéresser les parents et les 
élèves à cette initiative. La commission scolaire fournira peut-être l'argent si 
l'on sait faire valoir auprès d'elle la valeur d'un mets chaud pour les élèves. 

Comment réchauffer les aliments apportés 
par les écoliers 

Si l'école n'a que peu ou point d'argent et que la place manque pour 
l'installation du matériel nécessaire, le meilleur moyen de fournir aux enfants un 
mets chaud est de leur faire apporter de chez eux de la soupe, du cacao, etc., dans 
un petit bocal de verre, à couvercle fermant bien, emballé dans leur cantine. 
Il n'y a plus alors qu'à réchauffer ce liquide, et deux choses suffisent pour cela: 
le poêle de l'école et une bouilloire ou un autre gros contenant muni d'une claie 
(double fond) en fil de fer ou en bois pour empêcher les bocaux de toucher le fond 
ou de se toucher entre eux. 

On place ce contenant sur le poêle lorsque la récréation du matin commence. 
On y dépose les bocaux, arrangés sur la claie et dont on desserre légèrement les 
couvercles, puis on met assez d'eau pour qu'elle atteigne presque ces couvercles. 
Au moment du dîner, lorsque la nourriture est bien réchauffée et prête à servir, 
on distribue les bocaux et chaque enfant mange dans le bocal même avec la 
cuiller qu'il porte dans sa cantine. Ce système est très pratique, surtout pour la 
petite école; il n'y a pas de nourriture à préparer, pas de vaisselle à laver et les 
travaux de la classe n'en souffrent nullement. 

Préparation des mets chauds à l'école 

Il y a cependant bien des avantages à préparer les mets chauds à l'école 
quand on a l'argent et la place nécessaires pour cela. Une petite antichambre, 
sans être indispensable, est cependant très utile, car elle peut tenir lieu d'une 
cuisine commode où l'on peut faire ces préparatifs sans déranger la classe. 



8 

Voici le matériel qui serait nécessaire: — 

Vn petit poêle à l'huile de charbon ou un gril, si l'on a l'électricité; 

Une boîte (caisse d'emballage) munie de rayons, pour servir de buffet; 

Des bocaux, avec couvercles, pour la farine, le sucre, etc. ; 

Ustensiles— deux grandes casseroles couvertes, bassine à vaisselle, grosse 
passoire, râpe, deux cuillers à soupe, un couteau à éplucher, une brosse 
■i légumes, U n ouvre-boîte, un pochon (cuiller h pot), une tasse à mesu- 
rer, etc.; 

Plats — assiettes, petits bols, tasses, fourchettes, cuillers, etc.; 

Linges à vaisselle et savon, nappes de table ou morceaux de toile cirée 
blanche pour recouvrir les pupitres. 

Ces quelques objets suffisent pour préparer et servir un repas chaud; il n'est 
pas indispensable d'en avoir plus. Cependant, quelques articles supplémentaires 
facilitent le travail et permettent de donner une nourriture plus variée. Par 
exemple, si l'on a un petit four portatif et un ou deux plats qui vont au four, on 
peut ajouter au menu bien des aliments cuits au four et très nourrissants. Il est 
bien certain également qu'un vrai buffet avec des portes à charnières et des 
rayons à demeure vaudrait beaucoup mieux qu'une simple caisse. Enfin, un 
grand pot en émail, des bols, et une batteuse à œufe compléteraient utilement 
cette liste d'ustensiles. 

Quant aux aliments nécessaires pour la préparation de ce mets chaud, le 
moyen le plus pratique peut-être, dans certaines écoles, est de demander aux 
enfants d apporter ces aliments de chez eux. à tour de rôle, mais en général, il 
vaut mieux que la maîtresse achète elle-même les matériaux et fasse payer à 
chacun sa part. Parfois une organisation intéressée offre de fournir des fonds 
pour l'achat des aliments, mais, dans ce cas, on fera bien de s'entendre pour un 
trimestre ou pour une année, pour qu'il n'y ait pas à craindre que ce travail utile 
soit abandonné avant que l'on se soit rendu compte de sa valeur. 

On pourrait s'arranger pour que deux ou trois des grands élèves— garçons et 
iules— -qui seraient choisis pour cela chaque semaine, préparent et servent le mets 
chaud sous la surveillance de la maîtresse d'école. On aurait tout le temps de 
préparer ce mets pendant la récréation du matin et les quinze dernières minutes 
avant la sortie de la classe à midi, et la nourriture pourrait être servie par un 
système de cafétéria. Si c'est plus commode, on pourrait servir les plus petits à 
leurs pupitres. D'autres élèves seraient chargés de laver la vaisselle, de remettre 
tout en ordre et de nettoyer la cuisine. Sans doute les travaux réguliers de l'école 
y perdraient peut-être un peu, mais la leçon de cuisine que les élèves en retire- 
raient dédommagerait amplement de cette légère perte de temps. 

Menus pour les repas qui contiennent un mets chaud 

Chaque lunch dans les menus qui suivent contient un mets chaud au lait que 
1 on peut préparer ou que l'on apporte de chez soi pour le faire réchauffer. Si le 
matériel de cuisine à l'école comprend un fourneau, on pourra servir de temps à 
autre de simples mets cuits au four à la place de ceux qui sont suggérés dans les 
menus. Lorsque les mets chauds sont préparés à l'école, c'est un bon système 
que de donner aux enfants une copie du menu de la semaine pour qu'ils l'empor- 
tent chez eux afin qu'ils rapportent dans leur cantine les aliments qu'il faut pour 
compléter ce menu. Nous donnons ici des recettes pour de grosses quantités, 
pour la commodité de la maîtresse d'école. Ceux qui désireraient avoir des 
recettes de plats au lait, de plats au fromage, de boissons au lait, de desserts au 
lait, etc., pour la famille ordinaire, peuvent s'adresser à la Division de l'in- 
dustrie laitière et de la réfrigération, Ministère fédéral de l'Agriculture, qui les 
leur fera parvenir gratuitement. 



< 

s 

a 

H 

S 

•a 



a 

■ 

"A 

■- 



■ 

■g 
p 



-S 

vflj 



■s. 

3 
3 

9! V 

»CJ CD 

~ 2 

t£ 3 

ci 



*cj ^ w -5. 

- "? m (i e ? 

Q) P c; wiûjh 

g 5 -w. t. ri aP 



s* 






* 



■s-a 
fi 

« 5 



B n d M 

o 3 ■- 3 — , 
3 3 « O X 

B g g a 3 ï 

O _, O cp a » 
Pw9 ^- "à ej -*? 

----- cj ° S 
- a"© & «3 

a c- s — .8 

s -3 J h m 



S-s -S 

o 2^-3 



o 

s S 

-fiÊ a> S 

~ - - 2 

r - o a 

S -3 'S 

2 * &"* 

3~ a.H 
3*3 »M 
/. v. 







'- 








H 


| 


_ 
t» 


3 


c 






' 


-*J 








' — 


tu 


CJ 

M 

3 


g 


— 

a 

CJ 


— 


5 


g 


-3 


c 

— 


le 


si 


u 


j: 


V 








S 


3 


-r 









-Ci -S 

•- 



20 



I S P 

III 

3:— - 



£1 



§5 



.-- ~ - ~ — 



2 * I 

C V 



5.2 



te i/J 

c -1. 

Mis 

t> « g EC 

■Sli-ë 

<u D CJ - ."3" 

-g os .<v SH 



5 __ g _ 
- u (va 

-3 3 



3. 



3 
-3 

H ?) (P 

3 | B'S 

"O S te a =3 
» °-3 ~>^ 
3C Z .S 



3 -S - 

-o 



11 

* ce 



w- 



8-SO 



11 



z - 

■g ° » 

n I 
S s S (S 

08 «j 3 — _ 

■> *~ ! 3 
jS S 3.sj" 

•3 » § 5? 

v - _3 3 3 * 
.= ■3 i c 

w > — — 

■r 3: 3 3 
#3 'CJ 

ai o 



B C 

.S .3 

a .a 

Cj - ■ 

o 



+3 rt 

E 3 

•S « 

o § 



3 ï 



§.1 



.3 Çj 

M 3U= 

1 E ^ * w^ 
« ° P « 2J 



s- 



M2 



m 



.9 g 

C3T3 

0-i a 







E 


bon hii 

ifs 

fiches 
pioca 




1 




iU 


dwich au jam 

et aux cet 

dwich aux ra 

beurre de pis 
Crème de ta 


2 
1 

* 


iset oarottee 

Pain et bei 

Pomme ci 

Biscuit 

Lait 


a s 







03 3 




eu 
# 



a 



^ <" 

OJ CJ w 
3 H SI X 

■Z = 5 5 

o S 2 

-•°o 

CJ 3 

C. c3 

3-g 

* 1= 
■O 

a 
- 



« 



> 

.3 

S - 

g 3 

C M -r: o 

*a 03 — 03 ••-; C3 

'S d 5- î 3 

J g " «g « r3 

CJ »cj x 

■g g. g 

. J .2 ' 

Q -3 
K S 

< 
7. 



lï 



03 



Sj E 








C ' - — CJ 

s it-ë.s 




ç 








3 i çj 
* " 2 > 




pommes 

e choux h. 

h de pain 


Cû 


3 




£ i-E.3 




5 

3 


3 




cj a ="° 
-0 S - 3 




3 
c 


3 
1 


3 

-5 


nnôe 
nger 

farin 
Lait 




13 r" 


3 


Z 




p. «j 




1 «-S-è 


uj 


- 




TJ 3 S ^ 




1 3 - s 












« _ •- 3 








1 




^. -3 - - 

g j5 àa e 

ta 






1 

H- « 

Q 










-. 




/. 


S 






w 

"-s 




> 



i 3 -' 1 

E3? g.g 

•x -G cj e "^ 

'*- CJ -.CJ .S 

ai 



— 
3 

03 
I 

S, 



10 

Soupe Crème (Recette de base) 
pour 24 personnes 

4 ptes de sauce claire à la crème 

1 pte de légumes cuits, coupés en dés ou passés au tamis 

Ajoutez les légumes en purée ou coupés en dés, à la sauce à la crème. Faites réchauffer 
et servez. 



Sauce claire à la crème (4 ptes) 



1 t. de beurre 
1 t. de farine 
1 c. s. de sel 



i c. t. de poivre 

3 ptes de lait 

1 pte d'eau de légumes 



Faites fondre le beurre et incorporez-y la farine et les assaisonnements. Ajoutez gra- 
duellement le lait et le bouillon de légumes. Tournez jusqu'à ce que le mélange s'épaississe. 

Note:— Si l'eau égouttée des légumes ne mesure pas une pinte, on peut ajouter du lait 
pour faire les 4 ptes de liquide. 



Soupe: Crème de pois 

Faites bouillir trois boîtes de pois n» 2 avec 
1 pte d'eau pendant 3 min. Egouttez et passez 
au tamis. 

Soupe: Crème de carottes 

Faites cuire H pte de carottes coupées en 
dés dans li pte d'eau bouillante. Egouttez et 
passez au tamis. Si on le désire, on peut ajou- 
ter des carottes coupées en dés directement à 
la soupe. 

Soupe: Crème de blé d'Inde 

Prenez trois boîtes de blé d'Inde n° 2. 
Faites bouillir le blé d'Inde dans 1 pte d'eau 
pendant 3 min. Egouttez et passez au tamis. 
On peut ajouter un peu de jus d'oignon pour 
donner du goût. 

Soupe aux légumes mélangés 

Prenez 2 t. de carottes cuites et une boîte 
de pois n° 2 ; 

Ou, 2 t. de pommes de terre cuites et 2 t. 
de carottes cuites; 

Ou, 2 t. de pommes de terre cuites et 2 t. 
de céleri cuit; 

Ou, 2 t. de fèves cuites et 2 t. de céleri cuit ; 

Ou, 2 t. de navets cuits et 2 t. de carottes 
cuites. 

Soupe: Crème de choux 

Prenez 4 t. de choux cuits hachés. 



Soupe: Crème de pommes de terre 

Faites cuire 12 à 16 pommes de terre de 
grosseur moyenne avec un petit oignon dans 
2 ptes d'eau bouillante. Egouttez et passez au 
tamis. 

Soupe: Crème de tomates 

Faites chauffer trois boîtes de tomates n» 3, 
avec une tranche d'oignon et 1 c. s. de sucre. 
Passez et ajoutez lentement à la sauce à la 
crème chaude, juste avant de servir. 

Note: — En faisant la sauce à la crème, ne 
prenez que 3 ptes de lait comme liquide. 

Soupe aux pois fendus 

4 t. de pois secs fendus (2 liv:) 

8 ptes d'eau froide 

Petit morceau de lard salé 

1 petit oignon haché 

i t. de beurre 

\ t. de farine 

1 c. s. de sel 

i c. t. de poivre 

2 ptes de lait 

Faites tremper les pois toute la nuit. Egout- 
tez, ajoutez l'eau, le lard et l'oignon et faites 
mijoter pendant 3 à 4 heures. Passez au tamis, 
et ajoutez à la sauce à la crème faite avec les 
autres ingrédients. Faites réchauffer avant de 
servir. 



Plats à la crème (Recette de base) 
Pour 24 personnes 

S t. de sauce à la crème de consistance moyenne. 
8 1. d'aliments cuits. 
Ajouter soigneusement ces aliments cuits à la sauce et faites réchauffer parfaitement 
avant de servir. 



11 

Sauce à la crème de consistance moyenne (S tasses) 

1 t. de beurre. 
1 1. de farine. 

S t. de lait (ou lait et bouillon de légumes). 

2 et. de sol. 

i et. do poivre. 

Faites fondri le beurre et incorpores-y la farine et les assaisonnements. Ajoutez le lait 
lentement, en tournant constamment jusqu'à ce que le mélange s*! 

Pommes de terre à la crème Blé d'Inde à la crème 

Prenez S t. de pomn OU- Prenez quatre boîte-' de blé «l'Inde n" 2. 

pées on tranches OU en .lés. ' le liquide pour faire la 



Blé d'Inde et pommes de terre à la crème 



sauce à la crème de consistance moyenne. 
Blé «l'Inde et spaghetti à la crème 



Prenez 2 boîtes de blé d'Inde n° 2 ot 3 t. 
dp nommes ,\o terre cuites '' """ ''""' e 2 L d( ' s !' ; '«l" m «veo 1 CS. de 

depommesr* terrera sel dans i ptes d'eau bouillante jusqi 

Œufs à la crème f i" '' s( *' t tendre. Egouttez et met* 

gheitti avec deux boîtes de blé d'Inde n° 2. 
Prcni z 24 œufs cuits durs, coupés en huit. 

Choux à la crème 
Œufs et pois à la crème Prenez 2 ptes de choux cuits hachés. 

Prenez 12 œufs cuits durs et 2 boites de „ .... 

dois n° 2 Carottes et pois a la crème 

Prenez deux boîtes de pois n° 2 et 3 t. de 

Œufs et pommes de terre à la crème carottes cuites coupées en dés. 

Dez 12 œufs cuits durs, coupés en huit. Légumes à la crème 

'■' 4 ' ' <k P° mme8 ''" "' n cubes ' Prenez une combinaison de légumes, comme 

„ ..... 2 boîtes de pois n" 2 avec 2 t. de carot: 

Saumon et spaghetti a la crème ,,,,„ ,.. _, . d( . pwnm€8 de b 

tes cuire 2 t. de spaghetti avec 1 es. de 
sel dans 4 ptes d'eau bouillante jusqu'à ce Hachis de saumon 

qu'il soit tendre. Egouttez. l'n ni'Z deux Prenez deux boites de saumon d'une livre 

boîtes de saumon d'une livre; egouttez pour et 2 boites de pois n" 2. Egouttez le saumon 

enlever l'huile; ôtez les arêtes, endettez et pour enlever l'huile, ôtez 1 endettez 

combinez avec le spaghetti. et mêlez aux pois. 

Plats au fromage (Recette de base) 
Pour24person 

8 t. de sauce au fromage, de consistance moyenne. 
8 1. d'aliments cuits. 

Ajoutez soigneusement les aliments cuits à la sauce et faites réchauffer parfaitement 
avant de servir. 

Note: — Tous les aliments, à l'exception du eaumon, proposés pour les plats à la crème, 
peuvent entrer dans la composition des plate au from. 

Sauce au fromage (8 tasses) 

1 1. de beurre. 

1 1. de farine. 

8 1. de lait (ou lait et eau de légumes). 

2 et. de sel. 

\ et. de poivre. 

2 t. de fromage' Cheddar canadien, râpé. 

Faites fondre le beurre et incorporez-y la farine et les assaisonnements. Ajoutez le la.it 
graduellement et tournez jusqu'à ce que le mélange s'épaississe. Ajoutez en dernier lieu le 
fromage râpé et laissez fondre avant de servir. 



12 



LAUdCA OTTAWA K1A 0C5 



3 9073 00200313 7 



Riz avec sauce au fromage Macaroni au fromage 

Faites cuire 2 t. de rix avec 2 es. de sel dans Faites cuire 4 t. de macaroni cassé en mor- 

4 ptes d'eau bouillante jusqu'à ce qu'il soit cea"* d ' un P ouce de longueur, avec 2 es. de 
tendre. Egouttez et rincez avec de l'eau frod- 3 e1 d ans 8 ptes d'eau bouillante jusqu'à ce 
de. Combinez avec la sauce au fromage. Q"' 1 ' solt tendre. Egouttez et mêlez à la sauce 

au fromage. 

Cacao (Pour 24 personnes) 

1 1. de cacao. 

1 1. de sucre. 

i et. de sel. 

1 pte d'eau bouillante. 

4 ptes de lait chaud. 

Mélangez ensemble le cacao, le sucre et le sel. Ajoutez l'eau bouillante lentement et 
faites bouillir pendant 5 min. Juste avant de servir, ajoutez le lait chaud. 



ABRÉVIATIONS ET MESURES 



3 et. 


équivalent 


i 1 cuillerée à soupe 


16 es. 




1 tasse. 


2 tasses 




1 chopine. 


4 tasses 




1 pinte 


2\ tasses 




1 boîte n° 2. 


4 tasses 




1 boîte n° 3. 



et cuiller à thé 

es cuiller à soupe 

t tasse. 

pte printe 

min minutes 



AUTRES PUBLICATIONS TRAITANT DE LA VALEUR ALIMENTAIRE 

DES PRODUITS LAITIERS, PUBLIÉES PAR LA DIVISION DE 

L'INDUSTRIE LAITIÈRE ET DE LA RÉFRIGÉRATION 

Consommons du lait écrémé. 

Consommons de la crème. 

Consommons du fromage Cottage. 

Consommons du lait de beurre. 

Boissons au lait. 

Consommons du fromage. 

Consommons du lait. 

Desserts gelés faits à la maison. 

Le soin du lait à la maison. 

Pourquoi on pasteurise le lait. 

Un plaidoyer dans la cuisine (saynète). 

Une fête chez les souris. 

La maison de la bonne santé. 

Affiche N° 1 — Le lait, soutien des nations. 

Affiche N° 2 — Anticipation.